Jacques Kheliff raconte...

« Je n’ai pas eu le talent que vous avez » déclare solennellement Jacques KHELIFF, directeur du développement durable chez Solvay, au début de son intervention. Pourtant, si la modestie est bien présente, la singularité de son parcours témoigne d’un talent indéniable. Depuis l’obtention de son CAP de tourneur-fraiseur, son chemin aura été hors des sentiers battus.

En 1972 il démarre sa carrière en tant que mécanicien d’entretien pour le groupe chimique et pharmaceutique Rhône-Poulenc, trois années plus tard, dans cette même société il exercera des fonctions d’acheteur en parallèle de ses activités syndicales. Il deviendra ensuite délégué syndical CFDT Rhône-Poulenc jusqu’en 1983. Pendant ces dures années il découvre l’importance du compromis, la structure et la solidarité qui unissent le milieu ouvrier.

Entre 1984 et 1997 alors membre de la direction de la FUC-CFDT il exercera par la suite la fonction de Secrétaire général. Entre 1988 et 2002 il exercera en parallèle les fonctions de membre du bureau national de la CFDT. De même de 1997 à 2002 il sera Secrétaire général de la Fédération Chimie Energie CFDT et Vice-Président de l’EMCEF (European Mine, Chemical and Energy workers Federation). Il découvre que « la prise du pouvoir est une chose, mais l’exercice en est une autre ».

Alors que rien ne l’y prédestinait, en 2003 il devient directeur du développement durable chez Rhodia et pose son empreinte sur la politique de l’entreprise en lançant Rhodiaway (outil de pilotage de la démarche développement durable de Rhodia). Place qu’il occupe désormais au sein de Solvay qui rachète Rhodia en 2011. Son tempérament et sa volonté de placer le développement durable au coeur de la stratégie de Solvay en font un exemple à suivre pour les futures générations.

http://www.solvay.fr/fr/index.html